EN VISITE CHEZ LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE

Lorsque le street art se mêle à un intérieur décontracté et élégant dans l’ouest de Londres

EN VISITE CHEZ LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
02/11/2016 Véronique Le Fort
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE

Les activités professionnelles de Lucrezia et Jean-Baptiste en rendraient plus d’un jaloux (Heidi & James les premiers). Elle travaille pour l’extraordinaire musée Victoria & Albert tandis qu’il a créé l’agence ELX art qui a pour mission d’associer des entreprises à des artistes.

Originaire de Florence, Lu est arrivée à Londres il y a huit ans pour terminer ses études et n’est jamais repartie. JB est français et a vécu dans plusieurs endroits : Etats-Unis, Genève, Paris et finalement Londres.

Ils ont fait leur nid dans un appartement situé à l’étage supérieur d’une maison victorienne à Earl’s Court dans l’ouest de Londres. Avec les années, ils ont créé une atmosphère chaleureuse en s’entourant d’objets uniques auxquels ils sont profondément attachés. JB a de l’œil pour l’art et applique le même filtre exigeant lorsqu’il s’agit de mobilier. De son côté, Lu a équilibré la masculinité de l’intérieur en amenant des notes plus douces pour créer un ensemble harmonieux et accueillant. Le résultat est beau et leur ressemble beaucoup.

AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE

Lu et JB, que faites-vous dans la vie?

Lu

Je travaille pour le département de développement du Musée Victoria & Albert. J’ai beaucoup de chance parce que je collabore avec les curateurs et apprends énormément de choses dans les différents domaines de la collection du musée.

JB

J’ai fondé Elx Art, une société de conseil en art qui met en lien des entreprises et des artistes. On représente des peintres, des illustrateurs, des sculpteurs des designers et des codeurs. Ensemble on développe des projets artistiques pour différents domaines pour nos clients. Cela peut prendre la forme d’installations, d’art incorporé dans des produits ou dans les média.

Quand êtes-vous arrivés à Londres?

Lu

J’ai emménagé à Londres il y a huit ans pour faire un master en Indouisme. A la fin des mes études, j’ai eu l’opportunité de travailler pour une association caritative qui s’appelle Chain of Hope. L’expérience a été formidable et m’a donné envie de rester !

JB

Je suis arrivé ici en 2006. A l’époque je travaillais à Paris mais je trouvais la ville introvertie et n’étais pas convaincu. Je suis Français donc j’ai le droit de le dire ! Je suis venu à Londres et j’ai tout de suite adoré cette ville. J’ai acheté cet appartement en 2010 et en ai fait mon home sweet home.

Lorsque tu as acheté cet appartement, il y avait uniquement un étage apparemment.

JB

Absolument, quand je l’ai acheté c’était un très petit appartement. J’ai décidé de l’agrandir en rajoutant un étage au-dessus. La démarche était intéressante parce que la rue est une zone protégée, donc le permis de construire était difficile à obtenir. Il y avait toutes sortes de règles à respecter : toute les habitations de la rue ont les mêmes fenêtres à guillotine et la même toiture. C’était un peu pénible, mais le résultat est bien.

On ne s’aperçoit absolument pas que le premier étage est une extension. Il semble faire partie de l’appartement depuis toujours.

JB

C’est drôle parce que le mur en briques a été l’élément le plus difficile à réaliser. Au début, les maçons ont refusé de construire un mur en briques apparentes parce que selon eux il n’irait pas avec le reste ! Finalement j’ai réussi à les convaincre mais ça a pris du temps. Le mur est fait de briques londoniennes originales qui ont ces très belles couleurs.

AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE

Que vouliez-vous en termes de style pour votre intérieur ?

JB

C’est probablement une question pour moi car Lu aurait fais les choses différemment. Mais c’était un appartement de garçons pour commencer ! (Lu éclate de rire.) Je voulais un grand espace ouvert au premier étage pour pouvoir faire des fêtes ou avoir des gens à la maison. J’ai toujours aimé le street art et sa façon d’être lié à la culture commerciale. J’ai donc choisi des meubles et des objets qui ont un lien entre la culture urbaine et la maison. C’est comme cela que j’ai acquis la représentation de Berlin de Shepard Fairey. J’ai aussi trouvé ce canapé Togo de Ligne Roset dans une brocante à Bath. L’appartement est un mélange d’objets éclectique que j’ai trouvé sur mon chemin.

Lu

J’adore cet espace au premier étage, JB a fait un très bon boulot ! Mon seul problème est le manque de rangements, c’est la seule chose que j’aurais faite différemment.

L’ensemble est très chaleureux et l’on se sent vite à la maison.

Lu

JB est très doué pour trouver les bons objets. Il n’achète rien à moins de vraiment aimer quelque chose. Tandis que je suis impatiente donc je veux une solution rapide et abordable. L’ensemble de la maison marche bien parce qu’il a pris le temps de chercher.

Où trouvez-vous vos meubles ?

JB

On a trouvé un endroit que l’on adore au tout début de Bricklane qui s’appelle Unto This Last. Notre table basse vient de là-bas. Ils l’ont ajustée à la hauteur que l’on voulait. Il y a aussi un fantastique petit magasin vintage dans l’est de Londres qui s’appelle Atomic Antiques.

Lu

Etant donné que je suis légèrement obsédée par les meubles de rangement et que je cherche des solutions rapides, je vais dans les grandes surfaces telles que Habitat, John Lewis ou Ikea.

Quel est votre objet favori?

JB

Le lampadaire du salon parce que mon meilleur ami me l’a donné quand j’avais dix-huit ans. Je ne sais pas où il l’a trouvé, probablement dans la rue ! J’ai changé ses abat-jours et ai rajouté des jolies ampoules.

Lu

Mon objet préféré est le fauteuil bleu de Sifola Sposato Architects qu’un ami architecte a dessiné pour nous. Il l’a récemment fait faire sur-mesure à Naples pour qu’il puisse passer par nos escaliers. Le fauteuil est très beau et vraiment confortable.

Grande question : qu’avez-vous au mur ?

JB

La première œuvre que j’ai acquise était la photographie d’un parking en Corée. Ensuite j’ai trouvé une toile de street art de l’artiste Hush en partenariat avec Dan Baldwin à la Zero Cool Gallery the Newcastle. On a aussi une œuvre de l’artiste irlandais Conor Harrington qui peint de très beaux personnages dans des environnements grandioses. Le street art que je collectionne n’a pas grand chose à voir avec le graffiti mais est une pratique plus artistique. Pour moi ils sont des peintres à part entière. On a aussi une toile de l’artiste australien Antony Lister qui a passé plus de temps en prison qu’à peindre probablement ! Ensuite est venu l’œuvre de Shepard Fairey que j’ai trouvée à la Stolen Space Gallery à Londres. Enfin le tableau rouge est le travail d’un artiste ELX qui s’appelle Jacob Wolff.

Lu

Tout ce qui ressemble plus à de la sculpture vient de mon côté ! Pour notre mariage on a reçu la sculpture Inner View_III de Caroline Ramersdorfer. Elle est faite de plusieurs couches de marbre qui créent une très belle perspective quand on la regarde de face. Nous avons aussi une sculpture en béton d’une jeune artiste qui s’appelle Amanda Moström. Elle a fait ses études à la City & Guilds of London Art School pour laquelle j’ai travaillé. J’aime beaucoup la peinture mais la sculpture me touche encore plus.

AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE

Quelles sont vos adresses secrètes à Londres et à Genève ?

Lu

Pentolina est un petit restaurant italien que l’on adore près de Olympia. St John à Farringdon pour boire un verre et grignoter.

JB

Leila’s Shop pour le petit-déjeuner. Ils font des œufs à la sauge incroyables. Aladdin’s cave en direction de Lewisham est un endroit dingue : c’est un pile de choses bizarres et merveilleuses ! A Londres tu as juste besoin de te balader dans les rues pour trouver des petits endroits géniaux.

A Genève, j’aime me promener dans le quartier des Pâquis et manger une fondue aux Bains ! J’aime aussi beaucoup l’Omnibus à la Jonction. Le BFM est un endroit qui fait rêver et la vieille ville est toujours charmante. On tombe toujours sur quelqu’un que l’on connaît ! Le MAMCO est fantastique et je m’arrange toujours pour être à Genève pendant le festival Electron.

AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE
AT HOME WITH LUCREZIA & JEAN-BAPTISTE